Ce mois-ci

empruntes et autres indices

En hiver aussi, les balades au grand air sont la promesse de nombreuses découvertes.

Quand la neige recouvre l’Ardenne, les animaux sauvages, qui n’hibernent ou n’émigrent pas, continuent tant bien que mal de se nourrir et de se déplacer. Le manteau neigeux devient alors une page blanche sur laquelle s’inscrit bon nombre de traces. Mais d’autres indices laissent aussi deviner leur présence…

C’est d’abord aux traces de pattes dans la neige ou la terre humide que l’on pense, mais bien d’autres signes peuvent laisser deviner la présence de la faune !

D’abord les sons…

Sans réussir à les voir, on peut entendre dans les bois (et reconnaître, avec un peu d’entraînement) la mésange bleue, la sitelle torchepot…Peut-être aussi le tambourinement du pic noir ou le cri d’alarme du chevreuil, en alerte bien avant d’être vu. Il y a aussi des restes de repas, os, plumes et poils, enveloppes de graines… Les terriers, les vieux nids et les abris creusés dans les arbres morts ou dans la neige… Et puis les excréments de tout ce petit monde discret.

En cette saison, la forêt est tout aussi passionnante qu’en été.

Ouvrez l’œil en compagnie de vos enfants !