Mémoire

Vieux cimetière

Les cimetières villageois tels qu⤙ils existaient jusqu⤙à la seconde guerre mondiale étaient des entités vivantes. Différentes causes les ont rendus uniformes et leur ont fait perdre un certain intimisme. Par delà une certaine nostalgie du passé, n⤙oublions surtout pas que les cimetières d⤙hier sont aussi, et restent, un patrimoine. A ce titre, ils méritent qu⤙on s⤙y arrête.

A Warmifontaine (commune de Neufchâteau), tout dernièrement l⤙équipe de l⤙EFT (entreprise de formation par le travail) avec l⤙aide des étudiants engagés sous le programme « Eté solidaire » ont effectué un travail remarquable de nettoyage du site de l⤙ancien cimetière. Ce dernier est étonnant de par son ensemble de croix témoignant d⤙un art funéraire typiquement ardennais, pratiqué au XIXe s. et au début du XXe s.

L⤙utilisation du schiste et de la fonte pour les monuments funéraires était très répandue à cette époque.

De la croix simple faite de deux bouts de bois à la stèle faite d⤙une pierre levée, c⤙est toute l⤙évolution du monument funéraire où s⤙allient et se mêlent mémoire du défunt et vanité des survivants.

Les lieux de fabrication de ces croix en schiste étaient des ardoisières, dont les pierres sculptées et gravées étaient en quelque sorte un sous-produit de leurs activités, ce qui fait que cet artisanat s⤙est éteint en même temps que leur fermeture.
Pour les croix en fonte, avant le XIXe s. (avant l⤙expansion de l⤙industrie métallurgique) de nombreuses petites fonderies produisaient des croix tombales massives et dépouillées qui ne portaient en général que le nom ou l⤙année du décès du défunt et rarement un motif religieux. La croix de fonte a pris son essor dans la1ere partie du 19e S., lorsque les centres métallurgiques fabriquaient des croix en fonte ajourées, en dentelle. Elle a pris fin vers 1930-1940, au plus tard.

Dans une Ardenne traditionnelle, la référence à la religion demeure centrale. Les croix sont généralement ornées d⤙une imagerie faisant référence à la religion (souvent le Christ), accompagnées de symboles rappelant notamment la foi, les vertus chrétiennes ou le passé du défunt.
Le motif présent sur la presque totalité des croix ou dalles, est le symbole de la mort elle-même: le crâne (tête de mort) accompagné d⤙un ou de deux os (tibias, fémurs). Nombreuses sont les manières de nous montrer ces têtes de mort: crânes agressifs, crânes rieurs ou moqueurs⤦ elles sont un rappel très « terre à terre » de la symbolique des monuments.
Le motif floral est le symbole d⤙espoir en une vie nouvelle ou le symbole du caractère éphémère de la vie. Les fleurs, décors de nos jardins et de nos champs sont souvent représentés. Elles symbolisent aussi différentes vertus mais aussi la fragilité, signe du temps qui passe et qui se fane. Le décor floral est lui aussi très important.

Voici quelques exemples des différents symboles les plus souvent rencontrés
dans les allées de nos cimetières.

(accompagné chaque fois par une photo du symbole)

Le cœur symbole de la charité est souvent percé d⤙une flèche

Les mains croisées symbole de la fidélité conjugale

L⤙ancre est le symbole de fermeté, de solidité, de tranquillité, elle est l⤙ultime sauvegarde du marin dans la tempête et figure l⤙espérance

Croix, ancre et cœur sont parfois réunis et représentent les 3 vertus de foi, d⤙espérance et de charité.

L⤙Ange représente l⤙intermédiaire entre Dieu et le monde, il est associé à l⤙éternité.

Calice et hostie représentent le sang et le corps du Christ. Ils sont les attributs du prêtre. Nous les retrouvons sur des sépultures de prêtre

Le lierre (plante toujours verte) symbolise la fidélité, la ténacité et l⤙immortalité.

Couronne de fleurs : représentation du cycle de la vie, il n⤙y a pas de début ni de fin. La couronne marque l⤙éternité. Les fleurs sont associées aux événements et aux étapes de la vie.

Voila quelques informations qui vous donneront, nous l⤙espérons, l⤙envie de pousser la porte d⤙un de nos nombreux petits cimetières de campagne avec une grille de lecture différente.

En savoir plus

Plaque commémorative des deux guerres

Sur la façade de l’église de Witry, ce monument rend hommage aux combattants et prisonniers morts pour la patrie durant les 2 guerres.

1914-1918
– Jules Pierrard
– Narcisse Dourt
– Omer Vandevelde

1940-1945
– Joseph Bradfer
– Maurice Denis
– Joseph Georges
Elie Cobraiville
Robert Dumont

En savoir plus